Alors que la prise de conscience environnementale induite par les directives du Grenelle II gagne une ampleur nationale en touchant toutes les catégories de la population, cette question émergente devrait alimenter bientôt le débat public, en suscitant l'intérêt de la part des amoureux du patrimoine, autant que des professionnels et des partenaires institutionnels concernés.

Les monuments historiques, une espèce menacée ?

Le rapport « Sur la valorisation du patrimoine culturel », remis le 8 octobre dernier par Albéric de Montgolfier au chef de l’État, a mis en lumière la nécessité d’explorer « les problématiques de valorisation du patrimoine » définies par son auteur.
Pour les monuments historiques privés, la première problématique concerne la nécessité d’un lien durable avec leur propriétaire-gestionnaire, condition de leur
sauvegarde.

En cette année de la biodiversité, l’idée n’est pas si audacieuse d’affirmer que chaque bâtiment ancien constitue en effet un biotope unique, à l’équilibre particulier et au fonctionnement subtil. Sa conservation dans le temps dépend du respect de cette harmonie délicate entre diverses notions : entretien et rénovation, usage et image, réalités quotidiennes et représentation symbolique qu’assure la présence régulière, suivie, d’un occupant attentif, le plus souvent son propriétaire-gestionnaire (ou toute autre personne concernée). Garants de sa survie, ces facteurs se sont révélés aussi nécessaires, voire plus puissants dans la durée, que tous les arrêtés de protection officiels, et les subsides divers qui peuvent lui être alloués.

Une compétence indispensable

La première problématique pour un monument privé est donc de conserver ses habitants aujourd’hui et dans le futur. Il doit, pour ce faire, posséder une compétence très recherchée : celle d’assurer un confort acceptable aux personnes qui l’habitent, souvent une famille avec enfants, dans un monde où l’énergie est de plus en plus coûteuse.

Le « capital environnemental » acquis dont les monuments historiques privés jouissent de par leurs procédés de construction traditionnels —bien notés en termes de bilan carbone et de biodégradabilité des matériaux— est vite érodé lorsque ces anciennes

bâtisses sont confrontées au mode de vie contemporain qui en fait des dévoreuses d’énergie. Les critères du confort actuel, situés bien au-delà des exigences pour lesquelles la construction a été conçue, effacent rapidement cet aspect exemplaire.
Un bâtiment dont le chauffage est un gouffre, dont l’occupation et l’utilisation induisent des frais qui ne cessent d’augmenter, est condamné à être déserté par ses habitants, et à régresser, à plus ou moins brève échéance, à l’état de monumentmusée assorti d’une transformation en « produit de consommation culturelle » selon les mots de Françoise Choay1, qui parle à ce sujet d’un « réemploi ambigu ».
Cette situation n’est pourtant qu’un moindre mal : le pire étant la fermeture pure et simple, voire l’abandon. La vitesse à laquelle se dégrade une maison,  quelle qu’elle soit, n’est un secret pour personne, dès lors qu’elle est inhabitée de façon permanente.

S’adapter ou disparaître ?

S’adapter en effet, comme semblent le recommander les directives du Grenelle II qui entrent progressivement en application. Aux propriétaires-gestionnaires de monuments historiques privés elles apparaissent comme une liste de contraintes et de responsabilités qui s’ajoutent aux missions, déjà nombreuses et difficiles, dont ils s’acquittent dans leur démarche de sauvegarde, de préservation et de transmission.

Ces contraintes cachent cependant des opportunités intéressantes, notamment en matière budgétaire, qu’il importe de faire connaître auprès des personnes en charge d’un monument protégé.

L’association La Demeure Historique élargit ainsi à ce domaine nouveau et complexe sa mission de conseil vis-à-vis de ses adhérents, son rôle de relais en direction des partenaires institutionnels

Une table ronde

Dans cette logique, les économies d’énergie, la gestion des ressources, le recyclage, la préservation de la biodiversité… sont les facteurs de « valorisation
du patrimoine » les plus évidents. Ils s’inscrivent dans la lignée des techniques de construction traditionnelle dont relèvent les monuments historiques.
Ces aspects techniques, esthétiques, budgétaires et législatifs seront développés le matin au cours de la table ronde :
« Les monuments historiques privés, acteurs de l’environnement - Savoir-faire et solutions innovantes pour une gestion durable ».
La mise en œuvre de ces solutions est affaire de méthode, comme en témoigneront les participants à la table ronde ainsi que les propriétaires gestionnaires qui ont déjà franchi le pas.

La table ronde rassemblera les représentants de l’ADEME et du MEEDEM, un architecte en chef des monuments historiques, un architecte urbaniste, un
représentant d’association de protection du bâti ancien, un spécialiste de l’éco-diagnostic (voir programme joint). Elle sera animée par Olivier DELAFON, propriétaire du château de Montjalin dans l’Yonne (musée des véhicules présidentiels) engagé depuis plusieurs années dans une démarche de développement durable.

Ce thème trouvera son prolongement dans la parution, au printemps 2011, du Guide du développement durable (à l’usage des monuments historiques), édité par l’association la Demeure Historique, et largement diffusé auprès des adhérents, partenaires institutionnels, et de tous les propriétaires de maisons bâties en matériaux traditionnels, qu’elles soient ou non protégées au titre des Monuments Historiques.

Programme de la journée

Le rapport Montgolfier

L’après midi sera consacré, de 14 h 45 à 16 h, à l’actualité du patrimoine et des monuments historiques privés, autour du rapport d’Albéric de MONTGOLFIER,
président du Conseil général et sénateur d’Eure et Loir, chargé par le président de la République de l’étude « Sur la valorisation du patrimoine de la France ».

Il sera présent aux côtés de Philippe BELAVAL, directeur général des Patrimoines au ministère de la Culture et de la Communication. Tous les deux répondront aux questions de Jean de LAMBERTYE, président de la Demeure Historique.

Les prix de la Demeure Historique

De 16 h à 17 h 40, la deuxième partie de l’après-midi sera consacrée au palmarès des prix en présence des mécènes et des lauréats (voir liste page 9).
20 prix seront décernés pour un budget total de 114.000 € .

Appels à projets de la Fondation Demeure Historique pour l’Avenir du Patrimoine
Enfin à 17 h 40, la Fondation Demeure Historique pour l’Avenir du Patrimoine présentera les projets soutenus en 2010. Les thèmes des projets soumis aux prochains jurys pour l’année 2011 seront annoncés. Rappelons qu’en 2010 la Fondation a décerné pour 111.000 € d’aides à projets et bourses à 9 candidats primés.

A partir de 8h00 : Accueil des participants et remise des documents

9h00 : Introduction par Jean de LAMBERTYE, président de la Demeure Historique
9h15 - 10h15 : Assemblée générale ordinaire, exercice 2009
- Présentation du rapport financier par Etienne de BRYAS, trésorier
- Présentation du rapport moral par Roland de CALONNE, vice-président délégué
- Votes sur les résolutions proposées
10h15 - 12h15 : Les monuments historiques privés, acteurs de l’environnement : savoir-faire et solutions innovantes pour une gestion durable
Table ronde animée par Olivier DELAFON, propriétaire-gestionnaire du château de Montjalin (Yonne)
- Introduction et définition du sujet
- Application du Plan bâtiment Grenelle aux monuments historiques privés par Anne-Lise DELORON, chargée des relations institutionnelles, Plan bâtiment Grenelle
- Réglementation énergétique, dispositif applicable en France aux monuments historiques, par Marie-Christine ROGER, du Ministère de l’Ecologie, de
l’Energie, du Développement durable et de la Mer
- Un chantier prioritaire : la question des économies d’énergie dans le bâti ancien par Michel FONTAINE, président de Maisons Paysannes de France
- Etablir un éco-diagnostic par Louis CHOULET, Cabinet Louis CHOULET ingénierie, bureau d’étude des fluides, normes Haute Qualité Environnementale
- Etude de faisabilité économique et aides au financement de projets par un représentant de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie)
- Mettre en oeoeuvre des travaux d’éco-rénovation dans un monument historique par Nicolas MICHELIN, Architecte urbaniste et Pierre-Antoine GATIER,
Architecte en chef des monuments historiques, président d’ICOMOS France

Préserver la biodiversité, expérience menée dans les jardins de Villandry par Ingrid ARNAULT, chercheur à l’université François Rabelais de Tours et Henri
CARVALLO, propriétaire-gestionnaire de Villandry
12h30 - 14h30 : Déjeuner sur place (sur inscription préalable)
14h45 - 16h00 : Questions d’actualité sur la politique du patrimoine et les monuments historiques privés
Questions-réponses avec
- Albéric de MONTGOLFIER, président du Conseil général et sénateur d’Eure et Loir, chargé du rapport remis au Président de la République sur la valorisation
du patrimoine en France ;
- Philippe BÉLAVAL, directeur général des Patrimoines au ministère de la Culture et de la Communication ;
- Jean de LAMBERTYE, président de la Demeure Historique
16h00 - 17h30 : Palmarès des prix décernés par la Demeure Historique en 2010
Présentation des projets encouragés ou récompensés avec le soutien de mécènes et en présence des lauréats, par Isabelle de CHARNACÉ-BAULME, coordinatrice des prix
17h30 - 18h00 : Fondation Demeure Historique pour l’Avenir du Patrimoine

Appel à projets pour 2011

Présentation des appels à projets qui seront soutenus par la Fondation Demeure
Historique pour l’Avenir du Patrimoine en 2011, par Christophe GHENASSIA, porte-parole de la Fondation et Dominique FLAHAUT de la BILLARDERIE,
membre du comité exécutif de la Fondation

La Demeure Historique : une expertise de plus de 85 ans au service des monuments historiques privés

En 1924, Joachim Carvallo, propriétaire du château et des jardins de Villandry, fonde l’association la Demeure Historique.
Reconnue d’utilité publique en 1965, la Demeure Historique représente actuellement plus de 3.000 châteaux, manoirs, abbayes ou hôtels particuliers, dont 1.300 sont aujourd’hui ouverts au public.

a Demeure Historique représente les propriétaires-gestionnaires de monuments historiques privés en France (classés, inscrits ou susceptibles de l’être).
Passion et innovation fondent son engagement en faveur du patrimoine ainsi que sa volonté de faire des monuments historiques privés de véritables acteurs du futur.
Sa mission d’intérêt général s’articule autour de 4 axes : préserver, transmettre, partager et innover.

Elle développe son action dans les domaines suivants :

Apporter expertise et conseils aux propriétaires gestionnaires de monuments historiques privés dans de nombreux domaines : protection, mise en valeur, animation, transmission,… au moyen de la structure « DH Services », assistance personnalisée sous forme de dossiers thématiques, de consultations et de journées de formation, en lien avec un réseau d’experts (juristes, fiscalistes, architectes…) et de plusieurs supports de communication :

- la revue Demeure Historique : Attractive par ses reportages photographiques, vivante grâce aux entretiens réalisés avec les différents acteurs du patrimoine et aux témoignages des propriétaires, pratique dans les conseils apportés par les experts, cette revue est le principal outil de communication de l’association. les Cahiers de la Demeure Historique : lettre d’information à parution semestrielle accompagnée de fiches techniques relatives à la gestion des monuments historiques privés en matière de fiscalité, de droit social, de travaux, de sécurité… ;
- le site Internet www.demeure-historique.org dont les mises à jour régulières permettent une information en continu, complété par le site extranet.
Sensibiliser les pouvoirs publics à la nécessité de sauvegarder ce patrimoine d’intérêt historique et culturel : La Demeure Historique participe à de nombreux
groupes de réflexion et de travail sur l’avenir du patrimoine en général, et des monuments historiques en particulier. Son expertise et sa représentativité en font un partenaire privilégié des décideurs politiques. Au cours des dernières années, les propositions et actions de la Demeure Historique ont porté sur :
- la mise en place de dispositifs juridiques adaptés à la transmission du patrimoine historique privé ;
- la définition d’un cadre juridique permettant la mise en oeoeuvre d’opérations de mécénat affecté à la restauration des monuments historiques;
- l’analyse quantitative de l’impact économique et social des monuments historiques démontrant la nécessité d’un partenariat avec l’État et les
collectivités territoriales.
Les actions et les propositions actuelles de la Demeure Historique portent notamment
sur une meilleure prise en compte, par les pouvoirs publics, de la dimension
économique et sociale de ce patrimoine (notamment en matière d’emploi), sur les
cofinancements publics, sur le développement des actions éducatives dans les monuments historiques ou encore leur contribution à l’attractivité touristique des
territoires français.

« La Fondation Demeure Historique pour l’Avenir du Patrimoine est née d’une idée collective. Elle a germé à partir de 2006, en partant du constat que  l’association la Demeure Historique, pourtant reconnue d’utilité publique, peinait à recueillir un mécénat de la part des entreprises. Celles-ci, on le comprend, dans un contexte de bonne gouvernance, veulent pouvoir intervenir dans un cadre juridique transparent et adapté » explique Joseph Henriot, président. C'est ainsi que la Fondation Demeure Historique pour l'Avenir du Patrimoine, créée en 2008, est née sous l'égide de la Fondation de France (www.fdf.org) qui l'accompagne dans sa démarche et cautionne ainsi ses actions. Etre abrité par une structure de référence qui oeoeuvre aux grandes causes nationales, participe d’une volonté de gestion rigoureuse et transparente.

Notre pays compte plus de 40 000 édifices et jardins protégés au titre des monuments historiques. Créateurs de lien social et facteur d’intégration, ils constituent un conservatoire des savoir-faire, participent au développement durable et jouent un rôle économique et touristique de premier plan, favorisant l’attractivité et la vitalité des territoires. Pourtant, ces témoins de notre histoire sont trop souvent fragilisés par manque de moyens financiers et humains.

« Notre volonté est d’accompagner des projets novateurs. Les besoins sont immenses mais, ensemble, nous pouvons créer une dynamique forte et durable », précise Joseph Henriot. Pour cela, restauration, accessibilité et transmission sont au coeoeur des missions de la Fondation.

Présidé par Joseph Henriot, le comité exécutif de la Fondation est composé de trois collèges : fondateurs, personnalités qualifiées (en raison de leur implication dans la protection des monuments historiques ou de leur action en faveur des personnes en situation de handicap) et donateurs. Le comité se réunit plusieurs fois par an afin d’attribuer les soutiens de la Fondation et définir les modalités de son intervention.

L’association La Demeure Historique tient à remercier chaleureusement pour leur soutien les partenaires suivants :
Partenaires institutionnels : Ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale du Patrimoine), Mairie de Paris, Fondation Demeure Historique pour l’Avenir du Patrimoine, French Heritage Society
Partenaires privés : le Comptoir Végétal, Société Verspieren, Cabinet Boisnard assurances, Société Saint-Just, Atelier Bobin, Société Tellier, Evencia financement, Guides Michelin, Alain et Josyane Cassaigne, Banque Pictet, Château de Villandry, Sotheby’s, Belle Demeures de France - Daniel Féau, Émile Garcin-Paris, La Cornue, Hubert Heilbronn et ses enfants, Groupe EAC.

Remerciements

Date et horaire : Mardi 23 novembre 2010 – de 9 h à 18 h
Lieu : Espace Cardin, 1, avenue Gabriel, 75008
Parking : Concorde
Métro : Ligne 1 station Concorde
Ligne 9 station Franklin D. Roosevelt
Bus : Lignes 24, 42, 52, 72, 73, 84, 94
Association La Demeure Historique
Président : Jean de Lambertye

Contact presse : Catherine Scheidecker ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ),
Marie-Laure Verroust ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )
Adresse : 57, quai de la Tournelle 75005 PARIS - Tél. 01 55 42 60 00
www.demeure-historique.org
L’association édite la revue trimestrielle Demeure Historique + un numéro annuel « Côté Jardins »